IMPRESSIONS – Claude Lelouch

IMG_0046

INTERIEUR JOUR – 14 février, Paris.

Une pièce, deux hommes et une femme, trois avec moi.

Un intérieur cosi d’une maison de maître du 8ème arrondissement.

Le chiffre 13, au numéro 15 mais un 14. Beaucoup d’autres chiffres : 42 (films), 80 (ans).IMG_9869

Aujourd’hui c’est la fête des amoureux., il pleut légèrement sur la ville et nous sommes dans le bureau de Claude Lelouch. A mon sens un des plus grands réalisateurs de son époque.

Bien avant que les américains utilisent les histoires multiples et convergentes. Lelouch filme la danse des Ames. Il l’a fait dès ses débuts.

Metteur en scène du réel, maestro du naturel. Pas besoin d’être un bon acteur pour être brillant dans ses films. Lui ce qui l’intéresse c’est l’essence des gens, des situations.

IMG_9754

Mais il est trop occupé à créer Lelouch, trop heureux à entendre le bruit le caméra pour réfléchir et mettre en mots ce que sont cinéma raconte. Alors il faut bien que d’autres s’y collent, et je ne peux m’empêcher de le faire modestement en ce jour.

Comme il l’explique dans un de ses livres (Claude Lelouch, Laurence Monsénégo, Le dictionnaire de ma vie, éd. Kéro. 2016.), sa vie c’est construite sur une suite de présents, chaque cohérence en ammenant une autre. Et puis le temps passe, la grâce se construit et fait son lit. Et puis un jour 42 films sont nés, 7 enfants aussi. Et puis on fait un peu rêver les gens qui passent vous voir.
IMG_0025Je n’admire personne, je préfère être inspiré. Et Lelouch m’inspire, il m’émeut aussi car bien malhonnête celui qui ne se sentira pas le souffle de ses acteurs au détour d’une scène et d’un film. Un homme et une femme se parlent. Ils se parlent de la vie, des autres, des hasards, des coincidences.

Oui, les films de Lelouch on aime ou on déteste mais on sera tout de même souvent touché. Enfin moi je le suis, je l’ai toujours été

Et ce bruit caractéristique…

Ce matin nous avons rendez-vous avec Lelouch, ses films et son Univers… Et moi je me serais bien endormi quelques heures dans ce divan si confortable. Histoire d’aller rejoindre la belle Anouk Aimée ou un autre enfant gâté dans un recoin de Paris ou de l’Afrique.

Mais j’entends le bruit du clap de fin. A moins que ce ne soit le bruit de mon obturateur…

IMG_9968